Aller au contenu principal

Test de Detroit Become Human: Circulons en mode Robotnic…Que

 Un jeu dont vous êtes le héros

Si vous aimez un minimum les mots,les savourer à toutes les sauces et bien vous aimez lire aussi, c’est une évidence et la preuve en est car vous êtes ici à vous délecter de mes bien beaux mots et je vous en félicite en vous disant « Bravo le veau ». Donc en mélangeant tout cela avec un brin de retour dans le passé vous connaissez probablement les « Livres dont vous êtes le héros ». C’est une collection de livres-jeux qui vous demandent de faire des choix, vous permettant ainsi d’avancer dans l’histoire. Ou pas…Heu…Pourquoi est-ce que vous me regardez avec cet air chelou en me prenant pour une folle directement sortie de l’asile ? (BLLBLLBLL). Mais non pauvres fous (oui, vous vous l’êtes) je ne me réoriente pas vers l’écriture d’articles sur les livres. Je veux juste vous faire remarquer cette très belle ressemblance entre les deux genres. Car tout comme ces romans, les jeux Quantic Dream, que ce soit Heavy Rain, Beyond : Two Souls et j’en passe et des meilleures sont sur le même modèle, et Detroit : Become Human ne fait pas exception à la règle (pas celle pour faire des traits droits hein). Mais ici on parlera plus de « Movie-Game » (Whaaa je suis bilingue et je ne le savais même pas, la classe à Dallas) car déjà ce n’est pas un livre (si si, je vous jure, j’ai mes sources sûres) mais bel et bien un jeu digne des grands films du cinéma.Donc dans les prochaines lignes je vais faire en sorte de vous immerger au maximum dans cette expérience à part entière qui peut-être le Paradis pour certains ou un jeu sans saveur pour d’autres (les goûts et les couleurs ça ne se discute pas) et qui sait, je ferai probablement changer quelques avis (grâce à mes pouvoirs extraterrestres mais chut)

        Androïde or not Androïde

On a tous une vision du futur propre à nous-mêmes avec ses voitures volantes, des blasters qui font *zing-zing * ou autres délires de nos cerveaux malades, et David Cage nous présente la sienne. J’ai limite envie de vous dire de mettre vos casques de réalité virtuelle pour être dans une immersion totale. Et c’est parti pour le show (et c’est parti le stade est chaud…Non ? Vous ne voulez pas que je chante, c’est bien dommage ça).

Nous sommes en 2038 dans le Detroit de Gibraltar (oups pardon je me suis trompée d’endroit, je recommence).

Nous sommes en 2038 dans la ville de Detroit et les androïdes côtoient les humains. Vous vous dites « Whaaa c’est trop de la balle en caoutchouc » et je vous dirais OUI mais NON. C’est cool pour les êtres faits de chair et d’os, et encore ça dépend lesquels, et beaucoup moins pour ces êtres fait de soudure et de court-circuit (attention aux décharges). Ces « machines » sont au service de l’homme, ce qui hélas met ces mêmes êtres humains dans une crise du chômage plus que désastreuse. Car oui nos amis binaires savent tout faire, que ce soit vendeur, médecin, promeneur de dindons, cafetière, friteuse et d’autres choses bien mieux encore mais chut c’est top secret (est-ce que je dis vrai pour tout ? À vous de le découvrir par vous-même).

Dans cette épopée futuriste vous incarnerez à tour de rôle :

– Connor : Androïde RK800 de chez Cyberlife. Il est « LE » négociateur conçu pour venir en aide aux forces de l’ordre dans les affaires concernant plutôt les androïdes défaillants.

– Kara : Androïde AX400 de chez Cyberlife. Elle est la domestique/baby-sitter pour une famille constituée d’un père et de sa fille mais on est bien loin du paradis de « Madame est servie » (série de vieux que seuls les plus de *BIP* peuvent connaître).

– Markus : Androïde RK200 de chez Cyberlife. Il est le domestique d’un riche peintre en fin de vie. On peut dire que lui est mieux loti car grâce à l’endroit où il travaille il pourra apprendre plein de choses.

En prenant en main ces trois êtres à part vous allez vivre une histoire hors du commun, hors du temps et hors de tout en fait. Même si ce thème futuriste a déjà été abordé maintes fois, je trouve que vous vous sentirez dans un autre univers qui vous mènera vers l’anarchie d’un monde en pleine décadence.

Vous aimez ce que vous venez de lire ? Je vous ai mis l’eau à la bouche ? Ne me remerciez pas c’est gratuit et c’est avec grand plaisir. Je vais donc pour votre plus grand bonheur décrypter tel un androïde les trucs et bidules de ce jeu (vous avez vu ce langage de professionnelle, je suis une ouf).

        Enclenchement fusionnage manette

Vous êtes maintenant tel le symbiote qui se lie avec son outil de jeu car oui il vous sera difficile de lâcher votre manette tout comme le jeu. Ici tout est réuni pour vous mettre en immersion totale. Dès votre arrivée dans le menu principal on vous met dans l’ambiance par l’accueil d’une très jolie androïde qui sera aux petits soins pour vous et qui adorera vous poser des questions. On sent que la société Cyberlife essaie de nous montrer la pureté et le bien-être de sa compagnie par son fond blanc voluptueux (telle la robe de Marylin Monroe sur sa bouche d’égout).

Et voilà sans vous en rendre compte vous avez pris possession de votre première « machine » et là aux premières vues du design qu’on nous dévoile on comprend mieux pourquoi on se croirait dans un film. Pour ma part, sur beaucoup de passages je trouve qu’on a un bel hommage à Blade Runner ou même Terminator. On ressent bien ce côté futuriste avec ses jeux de lumières, la nuit et ses modélisations d’un Detroit futuriste mais sans tomber dans l’excès car ce n’est pas non plus un futur trop éloigné, et qui pourrait bien être un de nos probables avenirs dans une vingtaine d’années. L’immersion dans cet univers n’en est que plus efficace. Mais là où le bât blesse c’est le manque de liberté pour les déplacements. On voudrait pouvoir vadrouiller où bon nous semble, pouvoir scruter coins et recoins (coin-coin) du jeu mais on se retrouve bloqué par les fameux murs invisibles. Mais si vous savez comme dans la vraie vie quand vous voulez aller là et que…Ha bah non suis-je bête c’est que dans les jeux-vidéo ça. Donc on aura hélas que le choix de la ligne droite, mais en y pensant bien « est-ce vraiment grave ? » Pas besoin de parcourir le monde quand on a à notre disposition des embranchements dans cette route limitée. Et oui ici comme tous les jeux du genre vos choix et vos actions auront une répercussion sur l’avenir de nos trois héros. Que ce soit la phrase que vous choisirez ou cet objet que vous prendrez, j’ai envie de vous dire « Faites bien attention ». Et là vous vous dites « Pourquoi qu’elle dit ça l’Extraterrestre ? » Et bien c’est tout simple, le jeu ne se résume pas à une dizaine d’heures de plaisir, à part si vous ne voulez voir qu’une seule façon de faire ou une seule fin. À chaque chapitre terminé vous pourrez constater toute l’étendue du parcours que vous pouvez encore faire grâce à une fresque, on peut le dire, GEANTISSIME. Et quand je vous dis de faire attention c’est que si vous aimez tel ou tel personnage, la mort peut ne pas être loin et ça sans avoir le super-pouvoir de les ramener à la vie à moins de recommencer le jeu depuis le début (Bah oui vous n’êtes pas « Défibrillateur-Man » ou « Bouche à bouche-Woman »)

        Androïde au shaker pas à la cuillère

ALLO, YOUHOU et le gameplay alors ? Il ne faudrait pas patauger dans la choucroute et en oublier les bases de chez bases. Ici nous avons les bonnes bases d’un QTE. Mais qu’est ce donc que cette sorcellerie venue d’un monde parallèle ? Je vois bien la peur dans vos yeux mais moi Gameuse Extraterrestre je vais vous montrer la voie de la sagesse et surtout vous expliquez ce que c’est.

Définition QTE : Plus connu sous le nom de Quick Time Event. Élément de gameplay qui fera apparaître des lettres ou des flèches sur l’écran de votre télévision couleurs et qui fera soit devenir « Flash » à votre cerveau ou au contraire le faire disjoncter. Car oui ces touches qui feront irruption dans votre vie auront aussi la fâcheuse tendance à disparaître bien vite, donc il va falloir être réactif pour appuyer rapidement sur les boutons (pas ceux que vous avez sur la figure) et joysticks correspondant de votre manette. Pour nous montrer aussi à quel point les androïdes ont des gadgets au top niveau (Gogo Gadgeto Bras) la société Cyberlife a doté Connor, le négociateur, de deux yeux lasers qui voient dans la nuit, d’un magnétoscope avec rembobinage de VHS express et tout plein d’autres drôleries du genre. À vous le plaisir de la découverte.

On notera une belle fluidité dans le gameplay MAIS (il est gros ce MAIS quand même) on ressentira une rigidité de la part de nos héros dans leurs déplacements. Devons-nous mettre ça sur le fait que ce sont des androïdes et donc que cette « rigidité » est volontaire, pour nous faire ressentir la mécanique complexe que sont ces machines futuristes ? Cette réponse, seuls David Cage et son équipe  la détiennent. Donc si vous passez par là et que vous pouvez éclairer ma lanterne je suis preneuse.

En long, en large et en travers de votre route vous ferez la rencontre de personnages plus atypiques les uns que les autres. Ils pourront être simples passants ou des compagnons de route qui ont une histoire à part entière que vous prendrez plaisir à découvrir au fil de votre aventure. On peut dire sans aucune hésitation que ce sont des seconds rôles de qualité. Prenez bonne note aussi que pour avoir un rendu si parfait des traits des protagonistes principaux ou des gens de passage rencontrés dans le jeu, Quantic Dream à fait appel à des vrais acteurs et ainsi pu faire la technique des mouvements de capture ce qui donne un côté plus que réaliste aux émotions de nos héros.

Dernier petit point que j’ai trouvé fort sympathique c’est la découverte de magazines qui seront parsemés sur votre chemin tout au long de votre aventure. Ils vous permettront d’en découvrir un peu plus sur l’actualité et les tendances de ce Detroit 2038, donc on se culturise le cerveau tout en jouant. Elle n’est pas belle la vie ?

Binaire + ou –

Les + :

Un jeu qui vous prend aux tripes

Une quantité effarante de possibilités de choix

Des personnages à qui on s’attache dès la première minute

Des graphismes de folie

Les – :

Une rigidité qui peut rebuter

Un Gameplay que certains n’apprécieront sans doute pas

À vous l’aventure

Detroit : Become Human nous donne le droit de se prendre pour Dieu par nos choix bons ou mauvais. Avec une bonne dose de futur par intraveineuse vous ne pourrez qu’avoir envie de lancer ou relancer ce jeu et de vous propulser en 2038 et son Detroit au top de la technologie. Et n’oubliez pas, pauvres fous, le futur et son Intelligence Artificielle sont prêts à faire TOC-TOC à la porte de votre petit cœur d’être humain fragile. Alors let’s go allumer sa console et prenez votre pied bordel.

. Editeur/Développeur : Quantic Dream/Sony Interactive Entertainement

. Genre : Aventure/Action

. Plateformes : Playstation 4/PC

Ma note : 19/20
Cet article vous a été écrit par Gameuse Extraterrestre 👽

Un commentaire »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nana Coubo

~ Le petit monde de Nana Coubo ~

The Augmented Post

Parlons vrai. Parlons augmenté.

For What It's Worth

Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis

Take This Game

Et si la vie était un jeu ?

Hauntya's room

Blog de découvertes en littérature, jeu vidéo, séries...

%d blogueurs aiment cette page :