Aller au contenu principal

Test de Days Gone: Mutanise moi

L’Apocalypse frappe un grand coup à votre porte

Nous sommes une grande catégorie de personnes qui peuvent affirmer haut et fort (pas trop quand même car mon sonotone va exploser sinon) être prêts pour une fin du monde en bonne et due forme. Mais comment pouvons-nous avoir ce savoir sacré ancré dans nos petits cerveaux pas bien gros et qui retiennent bien ce qu’ils veulent quand ils veulent ? Qui nous a inculqué toute cette science de la survie au point de savoir planter un cure-dent dans le cerveau d’un zombie ? Nos professeurs à nous sont les meilleurs, que ce soit par les films, les séries mais surtout et avant tout les jeux vidéo. Manette à la main, nous avons révisé avec grand sérieux nos leçons et personne n’a jamais séché un cours (avouez que c’est la première fois pour vous et que vous avez même positionné sur votre petit nez vos lunettes d’intello boutonneux pour faire encore plus premier de la classe). Et nous avons tous dans nos armoires, bacs à culottes et même dans des paquets de chips, des pieux, des haches, des lance-missiles et autres (non… je suis la seule… non je ne suis pas folle, juste prévoyante, voyons). Rassurez-moi en me disant que vous avez au moins un bunker avec toutes les provisions nécessaires pour survivre quelques années… Non… WHHHAAAA, vous n’assurez vraiment pas un cachou. Mais vous savez quoi ? Je vais vous donner l’envie de mettre tous ces ustensiles de combat dans votre sac de Mary Poppins (le sac sans fond qui ressemble étrangement à tous les inventaires de jeux vidéo où l’on peut mettre tout sans jamais déformer ses poches) en vous parlant tout simplement et avec humour d’un jeu du nom de Days Gone (je pense que vous l’aviez compris en lisant le titre de l’article, car oui ce n’était pas un leurre pour vous parler du dernier jeu de Barbie, si ça peut vous rassurer, hihi).

Pas besoin de voir sa tête, on voit ses fesses

Je ne reconnais plus personne en Harley Davidson

Son nom pourrait faire de lui un sein…heu je voulais dire un saint mais Deacon Saint John est un rebelle, les cheveux sous la casquette (oui le port du casque n’est plus obligatoire en temps d’apocalypse) dans le vent sur son fidèle destrier qui n’est rien d’autre que sa moto qui fait vroum-vroum. Avec son frère de cœur Boozer (qui lui est chauve comme un œuf, je soupçonne même notre héros de lui avoir volé tous ses cheveux pour se les mettre sur sa tête à lui, il est diaboliquement sournois) ils parcourent tous les deux les routes sauvages de l’Oregon envahies par les Freakers, des mutants apparus suite à une fin du monde comme on les aime, avec des explosions, des morts, des cris, des gens en détresse, j’en passe et des meilleures. Mais Deeke (petit surnom de notre héros en bottes boueuses de motard) a bobo à son cœur de baroudeur. Car oui derrière cette façade de tueur de mutants il a un grand trou au cœur (non je n’allais pas dire au c*l, bande de pervers). Ce monde postapocalyptique lui a pris sa femme Sarah et il ne se remet pas de cette perte. Il a ce dix-huitième sens qui lui dit qu’elle est toujours là, quelque part, à tricoter un petit bonnet en laine pour les fraîches soirées d’hiver (non je ne pars pas en cacahuète).

Vous voilà donc parti pour une randonnée épique et qui pique pour découvrir le fin fond de l’histoire et en apprendre bien plus sur les vérités sur le micmac (et non BigMac) de la vie que Deacon et les autres survivants mènent aujourd’hui. Mettez de l’essence dans votre trottinette car nous allons aller explorer les coins et recoins de ce jeu. Let’s go bikers, mettez le feu au bitume.

Ce Deacon n’a vraiment pas de visage c’est fou

Roule Deacon, rooouuuulllleee

Le monde ouvert, là où la circulation n’a pas de limite, où on peut aller où on veut quand on veut sans crainte de tomber sur des murs invisibles qui vous feraient limite prendre la position de Lara Croft quand elle se prenait un mur réel à l’époque mais qui, elle, avait l’avantage d’avoir des « pare-chocs » énormes pour éviter le drame comparé à notre héros (et bim ça fait des Chocapics). Ici vous allez pouvoir explorer chaque endroit avec « quiétude ». Oui, je le mets entre guillemets car on en est très loin. Ici, vous trouverez toute sorte d’obstacles, que ce soit humain, mutant ou même animal, qui ne vous voudront en aucun cas du bien à part quatre camps de survivants qui vous offriront l’hospitalité moyennant quelques services qui vous seront donnés sous forme de missions secondaires qui viendront se greffer à l’histoire tel un moustique qui viendrait se coller à votre peau pour vous piquer. Ces quêtes annexes et même l’histoire principale vous permettront de gagner des points de compétences pour upgrader (bilingue forever) votre personnage au fil de l’aventure. Que ce soit les armes de mêlées, armes à projectiles ou la survie, en gros vous allez devenir un MAC Gyver en herbe capable de confectionner un feu de camp avec trois bouts de PQ et une ficelle (non je ne déraille toujours pas… quoique). Vous trouverez aussi sur votre chemin des centres Nero qui abriteront certes des vilains méchants qui veulent manger votre bonne chair mais aussi des petites piqûres à vous injecter pour augmenter votre santé, votre endurance ou votre concentration. Et là c’est un Hulk en puissance que vous allez devenir mais, faite gaffe de ne pas déchirer vos vêtements même si je sais que vous aimeriez bien vous rincer l’œil à mater le beau corps de mister Saint John.

Menu simple sans prise de tête

Mais les camps de survivants ne sont pas là que pour vous donner des missions, ils sont aussi là pour perfectionner votre double, votre 3ème jambe, (non pas celle-là) en gros votre moto qui aura bien besoin d’être upgradée suite à une situation malencontreuse qui fera de votre engin un truc bon à jeter à la déchetterie. Mais grâce à tout ça vous aller pouvoir l’améliorer et en faire un bolide 2.0 qui vous fera parcourir les routes sans crainte ou presque. Car oui, gare à vous et à la panne d’essence qui peut vous guetter à tout moment. Une panne sèche vous fera vous retrouver comme un pauvre randonneur, mais celui du dimanche qui marche 2 minutes et qui se dit « J’en ai ras-le-bol ». Il va falloir donc être vigilant à chaque instant sinon à vous le poussage de moto poursuivi par des mutants pas prêt du tout à vous aider.

Vroum Vroum, je suis un motard nananère

Levons les armes

Si vous avez un minimum de mémoire vous vous rappelez qu’au début de mon article je vous ai parlé d’armes dont vous auriez besoin pour une vraie apocalypse. Et bien ce que vous devriez avoir dans tout bon tiroir de ménagère qui se respecte, hé bien il va vous le falloir encore plus dans ce jeu et vous n’allez pas être en reste car il y a vraiment ce qu’il faut.

On commence soft comme toujours avec un petit calibre des familles mais votre arsenal de guerrier va très vite s’étoffer. Mais là il va falloir sortir le cash car ces armes vous les achèterez dans les magasins des camps. Vous aurez de quoi vous faire plaisir et surtout éclater tout ce qui pourrait en vouloir à votre joli corps d’éphèbe car vous aurez l’occasion de crafter beaucoup de choses, que ce soit cocktails molotov, des bombes fumigènes, des médikits et bien d’autres encore qui pourraient vous sortir de situations désastreuses.

Oui car vous allez en avoir pas mal, surtout quand une horde de freakers déchainée vous coursera tel des fans de Justin Biber et que vous, vous serez entrain de crier telle une fillette derrière votre manette pour leur échapper et essayer de vainement les combattre à en transpirer à grosses gouttes, hé bien vous serez content de leur balancer dans la tronche quelques trucs explosifs qui feront d’eux un joli spectacle façon puzzle.

HAAAAAA j’ai beaucoup trop de fans

Je vous parle depuis tout à l’heure de nos bons amis les mutants mais il n’y a pas qu’eux, car que serait un monde sans humains prêts à tout pour vous faire la peau ? Un monde bien triste car oui ici vous croiserez le long de votre voyage des camps de personnes pas très respectables qu’il ne serait pas bon de présenter à votre famille pour un dimanche raclette. Et n’oublions pas des scientifiques qui font des choses pas très catholiques mais je ne vous en dirai pas plus, le plaisir de la découverte, tout ça tout ça, vous voyez le truc.

Viens faire un câlin à papa

Sans Deaconner

Je vais être franche avec vous car c’est le ciment de toute bonne relation entre vous et moi. J’ai lu beaucoup de tests sur Days Gone et chacun le critiquait sur une histoire basique, des vides intersidéraux sur certains plans et d’autres choses, alors je vais vous donner mon ressenti. Il est vrai que ce n’est pas un jeu parfait, qu’il souffre peut-être d’un scénario qui ne vole pas bien haut, vu et revu. Mais n’est-ce pas dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures ? Parfois la simplicité à du bon et pour ma part j’ai aimé le jeu de bout en bout même s’il m’a souvent fait beugler comme une vache sur certaines hordes où j’ai galéré grave. Pour les missions secondaires elles sont bien instaurées dans le jeu et sont plaisantes à jouer et j’ai envie de vous demander même de me citer un jeu où il n’y en a pas ? C’est presque devenu une base pour faire un jeu et c’est très bien car ça étoffe l’histoire et elles ne sont pas inutiles. Mais je parle toujours pour moi, après chacun est libre de penser ce qu’il veut.

Et en plus avoir le plaisir de profiter des décors magnifiques de l’Oregon sur sa bécane de biker est un pur régal, avec le changement de temps qui est tel une peinture de grand peintre. Le jeu est vraiment beau et n’a rien à envier à beaucoup d’autres car tous les effets sont là.

Tout ça pour vous dire qu’aucun jeu n’est la perfection incarnée mais celui-là méritait bien plus qu’il n’a pu avoir. Est-ce que cela veut dire que je vous le conseille ? Vous aimez les bad boys ? Les motos ? Les mutants ? Et autres fondamentaux d’une fin du monde ? Alors bien sûr que oui, allez-y, enfourchez votre trottinette et allez l’acheter direct.

Il descend de la montagne à cheval…Heu à moto

Biker or not biker

Les + :

On fait du sport en se faisant courser par des hordes

On peut se la péter avec sa moto

On est bad boy

C’est beeaaauuuu

Les – :

Quelques bugs ici et là mais qui font toujours bien rire

Une histoire trop basique pour certains mais pas pour moi

Désolée, je ne vois rien d’autre

. Editeur/Développeur : Sony Interactive Entertainement/Bend Studio

. Genre : Survival Horror/Action/Aventure

. Plateforme : Playstation 4

Ma Note : 18/20
Cet article vous a été écrit par Gameuse Extraterrestre 👽

9 Comments »

  1. Comme j’ai pu le penser en lisant et en commentant ton article sur L.A Noire, je me régale une nouvelle fois en lisant ton article. De l’humour, un univers qui me parle, ça ne pouvait que marcher pour moi. Je suis fan de ta façon d’écrire, les jeux de mots à la con, c’est mon domaine et ça marche toujours bien dans un article comme celui ci. Ton avis sur le jeu et ton ressenti est intéressant. On sent écris en toute objectivité sans vouloir forcer les lecteurs à ressentir, l’aimer ou ne pas l’aimer. Et ça c’est extrêmement important ! Un jeu que je rajoute à ma longue liste de jeu à torpiller ahaha. Bel article !

    Aimé par 1 personne

    • Après 1an de retard je te répond enfin car je n’avais absolument pas vu ton commentaire 😅.
      Merci à toi pour ton retour sur mon article, j’essaie toujours de partager ce que je ressens avec ma touche d’humour, je ne suis pas là pour faire du forcing mais bien pour faire découvrir aux gens des Jeux qui pourraient les intéressés par la suite 😄🥰

      J'aime

  2. Hello, j’espère que tu as passé un bel été^^ Je suis contente te retrouver tes tests plein d’humour ! Days Gone me tente bien mais je crains que mon cœur ne tienne pas le coup, face aux hordes ! Et au passage, merci pour le lien vers mon blog !! A bientôt !

    J'aime

    • Salut toi, j’ai passé un bon été même si c’est passé trop vite 😅. Il est vrai que les hordes font monter le palpitant à fond mais c’est tellement satisfaisant quand tu les bats 😎.
      De rien pour le lien pour ton blog 😊

      Aimé par 1 personne

  3. J’aime ton écriture ou tu ne te prends pas au sérieux.
    Je ne suis pas forcément toujours en accord mais ce n’est pas ce que je cherche et je suis très ouvert aux avis différents
    Pour ma part, j’ai trouvé le jeu trop basique, je ne lui trouve absolument aucune identité.
    Un open world comme un autre, mais je comprends que l’univers plaise a certains et aux fans de jeux de zombies.
    Encore merci pour ton écriture et tes jeux du mots aussi drôle que « débile »
    Attention, ne vois pas cela comme un commentaire négatif.
    J’adore l’humour « débile », grotesque.
    Encore un test très intéressant et qui m’a beaucoup plus alors meme que le jeu m’a fatigué 😁

    J'aime

    • Merci à toi pour ton commentaire et tes gentilles paroles sur mes bonnes blagues 😄. Après il est vrai que je sais que le jeu n’a pas forcément plus à tout le monde et je peux le comprendre. Pour ma part j’y ai passé un bon moment. En tout cas c’est bien qu’on puisse tous partager notre ressenti 😊

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nana Coubo

~ Le petit monde de Nana Coubo ~

The Augmented Post

Parlons vrai. Parlons augmenté.

For What It's Worth

Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis

Take This Game

Et si la vie était un jeu ?

Hauntya's room

Blog de découvertes en littérature, jeu vidéo, séries...

%d blogueurs aiment cette page :