Aller au contenu principal

Test Mad Rat Dead : La vengeance dans la peau

Version Test fournie par Koch Media sur Nintendo Switch

Merci à eux pour leur gentillesse

Nippon Ichi Software n’est absolument pas une nouvelle variété de « sushi » à la sauce pistache, ni même une prise de karaté à la façon Bruce Chan (un petit mix rend toujours heureux, parole de scout). Non rien de tout cela, mais c’est bel et (Sébastien… oups pas ça du tout) bien un éditeur/développeur de jeux en tout genre auxquels je n’ai jamais joué (sacrilège, qu’on brûle cette extraterrestre sur la place publique :O) sauf Void Terrarium qui a eu le droit à son petit test sur mon doux blog (oui je me fais de la pub, je suis une ouf guedin, wesh wesh *mode racaille désactivé*). Pour le jeu que je vais vous présenter en ce jour, nos bons amis se sont attaqués à un genre nouveau pour eux, le jeu de rythme/plateforme. Et comment vous dire, jouer à cela quand on est aussi synchro qu’une mouette en train d’essayer d’éviter un réacteur d’avion n’est pas chose aisée. Mais aucun défi n’est trop dur pour l’alien de votre cœur et je me suis donc imprégnée de la musique, assouplis mes doigts, activé le peu de neurones qui me restent et je suis rentrée dans un asile psychiatrique… heu je voulais dire dans le Game… non, non, ce jeu ne m’a pas rendu folle du tout. Alors il est temps pour moi après avoir fini ce petit OVNI (oui nous sommes partout) de vous rendre mon ressenti. ATTENTION : Tenue boule à facettes exigée pour rentrer ici messieurs dames.

Un trailer qui ambiance bien

La Mort vous va si bien

Qui n’a jamais disséqué une grenouille en cours de science en rendant son petit déjeuner en même temps ? Bon perso j’ai esquivé le truc avec classe. Pour le coup, là ce n’est pas une grenouille mais un petit Rat de laboratoire du nom de Mad Rat qui va faire les frais d’une expérience qui va bien entendu foirer. Voilà donc la Mort qui frappe à votre porte mais n’ayez crainte car le Dieu des Rats vient à votre rescousse pour laisser une chance à notre rongeur de se venger du vilain méchant pas bel humain qui lui a ôté la vie, et ainsi de réaliser son rêve. Est-ce que par tous ces mots, j’essaie de vous dire qu’il veut dézinguer le scientifique ? Vous avez tout capté, vous êtes sacrément rusés pour des humains quand même.

Il faut toujours sauter avec classe

Ça fait Bim, Bam, Boum

Mais attendez une seconde, un rat mort qui revient à la vie à besoin d’un allié, d’un compadre, d’un alcoolique… heu, un acolyte, un bras droit en gros. Et quoi de mieux qu’un cœur qui bat le rythme pour vous aider dans cette quête de vengeance ? Il va vous ouvrir le groove qui est en vous et vous permettre ainsi d’avancer. Imaginez… la musique démarre, un son bien entraînant qui vous fait gesticuler comme un phoque en demande de poisson sur votre canapé/fauteuil/chaise en bois/tabouret, et là une barre en bas de votre écran apparaît et maintenant c’est à vous d’appuyer en synchronisation pour faire avancez votre rongeur de laboratoire. Dit comme ça ça paraît tout con, facile, mais ça ne l’est absolument pas surtout si vos yeux ne louchent pas de façon un sur l’écran principal et l’autre sur le tempo de la musique. Ai-je à plusieurs reprises appuyé à l’aveugle en croisant tous mes doigts de pieds pour être dans le bon rythme ? Oui, tout à fait. Est-ce que cette technique de stratagème fonctionne ? Absolument pas, surtout quand tout d’un coup la musique se ralentit ainsi que tout ce qui va autour. Quand je vous dis que vous devez avoir la cadence ce n’est pas du vent sinon vous êtes bon pour recommencer le niveau.

Ca fait Shlik Shlak Shlouk

Surtout que chaque niveau est à faire dans un temps imparti, qui défile à vitesse grand V (genre même Flash ne va pas aussi vite) et qui s’égrène encore plus quand vous n’êtes pas dans le timing de la musique *mode stress activé à fond les ballons*. S’il n’y avait que le parcours à faire, tout cela serait d’une simplicité à rendre joyeux un aveugle qui retrouve l’ouïe. Mais non, car Mad Rat va rencontrer tout au long de son périple des ennemis en tout genre qu’il faudra esquiver avec finesse grâce au « saut » ou au « Dash » et en précisant que le stick ne vous sert qu’à aller à gauche ou à droite mais ne sert en rien à avancer. Mais attention à vous et a ces étranges créatures qui peuvent apparaître à tout moment sans crier « GARE » (non, ce ne sont pas des gares de la SNCF) et vous faire mourir… Mourir dis-je ? Suis-je bête (qui a dit oui ?) vous avez votre arme secrète qui n’est autre que le cœur à remonter le temps. Vous avez le droit jusqu’à 12 tempos pour vous replacer dans une situation qui vous permettrait de vous en sortir en grand Prince des rats.

2.21 Gigowatts

Ce qui me chagrine c’est qu’à plusieurs reprises le gameplay m’a fait défaut. Quand un ennemi est visé et qu’en plus de ça je suis synchro mais qu’en aucun cas ça ne l’attaque et me fait tomber inévitablement dans le vide profond c’est à s’en tirer les cheveux. Et je dois vous avouer que même en remontant le temps il m’est arrivé plein de fois de ne pas y arriver et de devoir recommencer le niveau en y arrivant les doigts dans le nez (allez comprendre pourquoi). Le jeu en soit n’est pas spécialement difficile vu que moi-même j’ai réussi à le finir, mais certains passages ou boss peuvent faire criser et vous rendre un tout petit peu injurieux. Mais quand tout cela est accompagné d’une bande son à faire se lever tous nos aïeux, on ne peut que se laisser porter par ce jeu qui ne paye pas de mine au premier abord mais qui sait mener sa barque, que ce soit par sa musique, son character design et son histoire qui vous fera voir les rats d’une toute autre façon.

HAAAA c’est du vaudou :O

Tout ça pour dire…

Nippon Ichi Software a-t-il réussi à son pari de nous faire rentrer dans un univers loufoque au rythme d’un coeur battant la chamade ? De nous faire taper du pied en bougeant notre petit cul tout flasque ? Pour ma part c’est un joli oui car malgré ses défauts le jeu nous pousse à repousser nos limites, à essayer d’être meilleur grâce à son système de note (y a toutes les lettres mais les plus dure à avoir sont les S- et S+, bon courage les loustics) qui feront des Mad Rat Travolta des scènes à boule à facette. Notez tout de même que ce jeu n’est pas à mettre entre les mains de nos chers chérubins qui auraient moins de 12 ans. Pas que le jeu soit gore mais certains passages pourraient peut-être heurter leurs jeunes sensibilités (rhalala les jeunes de nos jours, tous des peureux).

Les +Les –
Une bande son digne du dancefloorIn English Sir
Des graphismes au top tout en BDDes morts à répétitions qui peuvent saouler
On se prend pour le Doc à remonter le tempsDur dur de tenir la rythmique
Une histoire dont on veut connaître l’aboutissementGameplay qui aurait pu être plus travaillé

. Editeur/Développeur : NIS America/Nippon Ichi Software

. Genre : Plateforme/Rythme

. Plateformes : PS4/Nintendo Switch

Note : 4 sur 5.

Cet article vous a été écrit par Gameuse Extraterrestre 👽

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nana Coubo

~ Le petit monde de Nana Coubo ~

The Augmented Post

Parlons vrai. Parlons augmenté.

For What It's Worth

Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis

Take This Game

Et si la vie était un jeu ?

Hauntya's room

Blog de découvertes en littérature, jeu vidéo, séries...

%d blogueurs aiment cette page :