Aller au contenu principal

Test Cloudpunk : Un futur désenchanté

Quand on arrive en ville

Je me présente, je m’appelle Henry et je voudrais bien réussir ma vie… (houlà, faut que j’arrête avec Daniel Balavoine moi). En fait je m’appelle Rania (et non je ne suis pas une référence aux ranianias) et je vais vous conter mon histoire.

Tout commence par une nuit noire, éclairée de mille et un néons qui scintillent dans cette obscurité de la ville de Nivalis. Je ne suis aucunement entrée dans un magasin de lampes et ampoules en tout genre mais bien dans le fief (mot moyenâgeux que voilà) d’une cité où les gens n’ont pas le smile tel un clown faisant pouet pouet au nez d’un calamar. Croyez bien que je ne suis pas ici de gaîté de cœur mais bien à cause de créanciers pas trop trop gentils qui m’ont pris toutes mes pépètes (vraiment des vilains pas beaux).

Par la plus grande des chances je me fis embaucher dans la société de livraison « Cloudpunk » mais CHUT, ATTENTION, ça doit rester entre nous car cette société n’était en rien dans les odeurs nauséabondes de Sainteté (celui qui me balance aura le droit à la fessée). Je me retrouve donc à livrer des colis de part et autre de la ville, de façon totalement illégale (je suis la livreuse en culotte courte) mais suis-je en droit de me plaindre tant que cela me permet de rafler quelques sous (à votre bon cœur messieurs, dames, une petite pièce pour la pauvre livreuse) ? Pour m’aider dans ces tâches qui se ressemblent toutes comme un dauphin se regardant dans le reflet d’un miroir aquatique, je peux compter sur deux acolytes de choix : Pim et Poum…Non vous n’y croyez pas à ces deux prénoms ? Normal, je voulais voir si vous aviez le sens de la déduction (vous pouvez m’appeler « Détective Rania »). En fait, le premier se prénomme « Contrôle » et c’est lui qui me donne mes ordres de livraison. Pour le second il répond au doux nom de « Camus », anciennement mon chien que j’avais transféré en tant qu’Automata dans mon Hova (pas besoin d’empaillage quand on a la technologie).

Je vous montre ma bande annonce de ma vie

Tiens parlons en justement de mon véhicule de fonction qui se manie aussi bien qu’un hélicoptère se crashant dans les hautes montagnes perdues de Tahiti. Je tente vainement à chaque fois de tourner la caméra qui me sert d’yeux avec le stick droit de ma manette mais rien à faire, cela ne sert qu’à faire monter et descendre ma voiture volante. Je comprends bien vite que le stick gauche me permet donc de pouvoir me déplacer tout en contrôlant la caméra. Et quand je sors d’un tunnel la ville me met hélas souvent des « freezes », ainsi que la culbute qui va avec quand les autres citoyens ne m’esquivent même pas, et je peux vous dire que c’est mon mécano qui est le plus heureux quand je viens lâcher mon argent durement gagné pour faire des réparations. Il m’arrive parfois aussi de ne percevoir les immeubles que quelques instants avant d’arriver dans leur ligne de mire (Non ce n’est pas le titre d’un film, pour ceux qui connaissent) mais cela ne m’embête nullement, ça fait toujours un petit suspens et plaisir de la découverte que je trouve plus que jouissif (je prends mon pied comme je peux hein). Mais on en parle de la difficulté de trouver une place pour se garer ? Juste certains points sont prévus à cet effet, et comment vous dire que je galère souvent cinq minutes avant de trouver le fameux parking annoncé sur ma carte ?

Mais qu’à cela ne tienne, je ne baisse jamais les bras et quand le saint Graal de la place libre se dévoile devant moi sans avoir à payer le parcmètre en plus, alors je ne peux que crier ALLELLUIA. Je peux enfin me déplacer « librement » dans les rues de Nivalis. Oui, ce mot est entre guillemets car la liberté à des barrières quand même, donc je me restreins à l’étendue de promenade que l’on m’offre (non je vous rassure je ne suis pas en prison avec un dos blindé de tatouages fait au marteau piqueur) et je trouve ça plus que magique. Tous ces magnifiques environnements modélisés en Pixel Art 3D me mettent des étoiles dans les yeux (oui je sais ça peut faire mal mais je suis une rebelle). Je peux donc aller à la découverte des PNJ dispersés ici et là mais hélas leur nombre est bien restreint. Je ne peux parler qu’à ceux à qui je dois livrer des colis ou qui apparaissent sur ma carte par un petit visage. Je me perds souvent à savoir où ils sont car ils peuvent être dans les hauteurs des lieux que je visite et je le comprends bien vite si je prends le temps de mieux observé mon plan.

Bienvenue chez Cloudpunk

En parlant avec chacun d’eux, je découvre à chaque fois une nouvelle facette de Nivalis. Ils ont toutes et tous chacun leur propre histoire avec la noirceur qui va avec (mais pas le noir du fin fond d’un anus, je précise), mais quel délice d’être un peu comme leur psychologue, à écouter chaque parole qu’ils peuvent exprimer envers moi. Je me dois donc d’aider ces âmes perdues en quête du mieux ou pas. De nombreux objets sont parsemés ici et là dans les quatre coins de la ville avec une utilité pour quelqu’un ou pour moi-même. Il m’arrive parfois d’avoir des choix à faire pour le bien ou le mal de cet endroit sombre, fais-je les bons ? Aucune idée mais j’essaye de le faire en mon âme et conscience.

Je ne peux que tendre l’oreille pour m’imprégner de toute cette atmosphère qui me rappelle un film que j’ai vu il y a longtemps : Blade Runner. Car oui il résonne dans mes oreilles des musiques dans l’air de ce temps futuriste, Toute cette influence Cloudpunk, je la ressens, là, dans le creux de mes tympans qui dansent tel un androïde heureux de retrouver une carte mère pour lui faire fondre au chalumeau ses soudures. Je ne vous fais en aucun cas croire que je fais *Bang-Bang* ou *Paf-Paf* envers des vilains dealers ou mécréants (je vis à quelle époque sérieusement ? Tonnerre de Zeus). Non, ici ma façon de faire est plus soft, plus douce, tout dans les paroles et la livraison (faite en temps et en heure c’est promis, je sonne même aux portes et j’attends), point de baston ou de gunfight ici, juste de la narration mais quel narration mes amis. Tout se dévoile au fur et à mesure de mes distributions de colis, ainsi que moi et mes comparses « Contrôle » et « Camus ».

3615 J’écoute les peines de tout le monde, Bonjour

Ce qui me déboussole (oui je n’avais plus mon GPS d’activé) le plus c’est mon character design ainsi que celui de tous les personnages que je rencontre sur mon chemin. Je vous ai parlé de Pixel Art 3D que j’adore mais la cerise sur le gâteau c’est de voir leur vrai visage qui apparait quand la discussion s’engage avec eux. Du pur bonheur pour les yeux avec chacun une personnalité propre qui se reflète sur l’image qu’ils me renvoient. Une cicatrice, des circuits visibles ou autres, j’aimais ça sans nul doute. Ils ne sont plus juste des carrés empilés les uns sur les autres tel un Lego géant sur lequel on s’éclate le pied en marchant dessus (Diabolique jouet, tu vas vite finir dans l’acide) mais bien des gens avec leurs expériences et leurs souffrances sur leur petite tête figée. Je ne peux que savourer ces moments de « calme » dans cette nuit aux mille facettes.

Le charisme à l’état pur

Je signe où ?

En tout premier, j’espère que ce nouveau format de test vous aura plu.

Et en seconde chose je ne vais vous dire qu’un seul truc, si vous aimez les jeux calmes où ça parle plutôt que ça se frappe dans tous les coins, que vous aimez l’univers futuriste à la Cyberpunk avec les musiques qui vont avec et des graphismes qui sortent des sentiers battus à coup de fouet alors n’hésitez plus et foncez sur ce petit bijou et qui est ma petite perle de cette fin d’année. Il a certes ses défauts comme tous les jeux mais on passe outre bien vite vous pouvez me croire tellement tout cela est hypnotique.

Les +Les –
Un univers comme on les aimeDes freezes et bugs
Une musique qui transporte dans un autre UniversL’Hova un peu chiant à conduire
Des rencontres plus fantasques les unes que les autresIl n’y a pas de baston désolé
Une histoire dont on s’imprègne direct

. Editeur/Développeur : Maple Whispering Limited/Ion Lands

. Genre : Aventure

. Plateformes : Ps4/XboxOne/Switch

.

Note : 4.5 sur 5.

Cet article vous a été écrit par Gameuse Extraterrestre 👽

4 Comments »

  1. Franchement, c’est très plaisant de te lire à la première personne. Cela apporte une dimension différente à l’avis, et en dépit d’un humour toujours aussi efficace, tu as vraiment une jolie prose. J’ai déjà entendu parler de ce jeu, qui permet de patienter avant Cyperpunk, ahah. Au passage, ton site est vraiment agréable maintenant. Au plaisir de te relire.

    J'aime

    • Merci à toi Flo pour ton commentaire, ça faisait un moment que je ne t’avais pas vue par ici. Tu as toujours les gentils mots qui font plaisir 😊. Oui ce petit jeu est une bonne attente pour cyberpunk mais faut vraiment aimer le côté narratif sinon tu risques de t’ennuyer bien vite 😅

      Aimé par 1 personne

  2. Je ne sais pas où tu vas chercher toutes tes blagues mais elles font bien sourire à la lecture de l’article ! J’avais entendu parler du jeu et il avait l’air d’être très sympa dans son côté narratif et son ambiance. Le pixel art, pour l’instant, c’est compliqué à franchir comme pas pour moi, ça ne m’attire pas, mais je tenterai de ces jours… en tout cas je suis ravie de voir de quoi se compose vraiment le jeu et de voir ce qu’il propose dans son histoire. Il t’a quand même visiblement bien plu, et les personnages sont classes !

    J'aime

    • Déjà je te remercie pour ton commentaire qui me fait très plaisir 😊. Pour mes blagues elles viennent toutes de mon cerveau déjanté 😅.
      Il est vrai qu’il faut aimer le Pixel Art pour avoir l’envie d’y jouer mais je trouve pas que ce soit un frein, surtout que tu es immergé dans le jeu donc à force tu fais plus attention que c’est des gros pixels. Et oui ce ma clairement plus 😊

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nana Coubo

~ Le petit monde de Nana Coubo ~

The Augmented Post

Parlons vrai. Parlons augmenté.

For What It's Worth

Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis

Take This Game

Et si la vie était un jeu ?

Hauntya's room

Blog de découvertes en littérature, jeu vidéo, séries...

%d blogueurs aiment cette page :