Aller au contenu principal

[Test] The Gardens Between

Vous êtes là devant votre écran et vos souvenirs chavirent dans les méandres de vos souvenirs d’enfant en culotte courte qui collait du chewing-gum sous les tables, balançait des boulettes de papiers pleine de bave gluante (miam-miam ça vous donne envie avouez) ou encore à sniffer la dernière bonne colle à la récré derrière un fourré (on était grave des rebelles quand même). Et là, deux noms apparaissent dans un flou artistique, car oui vous avez forcément eu des amis du nom de « Arina » et « Frendt » …Du moins si vous êtes d’une espèce extraterrestre inconnue au bataillon…Oui, bon, j’ai compris vous êtes juste tous des Terriens de base qui ne veulent pas se faire des potos Aliens et ainsi allez boire une pinte de Gloubildou. Bon entre nous (mais chut), je n’ai jamais eu de compagnon de route ayant ces prénoms venus tout droit de je ne sais où (oui je n’ai pas la science infuse comme pourrait l’être un thé à la menthe), cela fait-il de moi un être venu d’ailleurs de mauvaise qualité ? ET BIEN NON (nananère) car grâce à « The Gardens Between », je vais pouvoir (et vous aussi par la même occasion petits filous) rattraper cette erreur de parcours.

Vos casques à oxygène spatial sont bien fixés sur vos têtes à la forme bien étrange ? Alors c’est parti mes bons Terriens.

Il était une fwé !

Qu’il fait bon vivre que d’être dans cette cabane au fin fond de son *BIP*…non le mot c’était « jardin » et pas autre chose hein, vous n’êtes vraiment pas bons dans les mots-croisés ça se sent. Donc on est là-haut avec un bon vide sous nos pieds, les vertigineux qui ont peur du vide et bien restez au sol ça vaudra mieux. Nous sommes donc avec Arina et Frendt, deux amis inséparables qui vont se mettre à se remémorer les souvenirs de leur enfance. De leurs premières couches culottes pleines de pipi/caca, en passant par les lancés de nourritures à la face des parents…HAAAA attendez on me dit que ça ne remonte pas aussi loin que ça, nous voilà sauvés « HALLELUJA ».

Mais que voilà débarque dans cette nuit spéciale un orage qui va catapulter nos deux compagnons dans un monde où les îles au temps passé vont leur faire revivre les bons moments de leurs amitiés.

*Musique dans votre tête* Et c’est le temps qui trotte, trotte, trrrrrooootttteee

Je vous ai vu militer dans la rue avec des tenues de Babar-Cool avec des panneaux en hurlant bien fort « On en a marre de contrôler des personnages, on veut de la nouveauté » et bien remballez moi tout cet attirail de rebelle en puissance car votre vœu le plus cher a été exaucé. Et oui à cet instant précis on peut le dire clairement, Arina et Frendt vont pouvoir se la « couler douce » comme on dit chez les anciens. Vous allez me dire mais quelle est donc cette sorcellerie sortie des entrailles de la Terre ? Et bien c’est très simple car ici vous allez contrôler le temps (MOUHAHAHA enfin on devient le maître du sablier avec ces grains de sable qui tombent et retombent). Grâce à votre pouvoir divin qui se transfère dans votre manette et plus particulièrement votre joystick gauche (ou R2 et L2), avancer et reculer le temps et plus précisément les mouvements de nos deux amis.

Je vous ai dis il y a peine cinq ligne de ça que nos deux héros vont se la couler douce mais ce n’est pas tout à fait vrai, tandis que Arina sera chargée de porter une lampe à pétrole pouvant contenir une orbe de lumière (et non un papillon de lumière), Frendt sera quant à lui en charge d’actionner des sortes de carillons qui permettront de libérer le passage grâce à des remontées dans le temps (tel notre bonne vieille VHS qu’on rembobinait grâce à l’aide de notre magnéto qui recrachait hélas toute la bande) qui feront soulever ou tomber un objet vous obstruant votre passage vers votre destination finale et vous faire parvenir tout en haut des îles que vous aurez à visiter.

Sans contrefaçon c’est dit

Car oui, ce que je ne vous ai pas dit (houlalala la vilaine, vite le fouet) c’est que votre aventure sera composée (comme la salade) de dix lieux qui auront en eux à peu près trois îlots à explorer. Chaque bout de Terre mettant en scène des passages de souvenirs, vous verrez donc dans le décor des éléments hauts en couleur de cette jeunesse passée, du walkman avec une musique qui déménage, des canettes entraînées dans une sorte de cascade ou encore le vélo retourné comme une tartine de confiture. Il y a comme un fumet (de poissons ?) d’une bonne époque avec des graphismes et designs d’objets qui nous rappelleront à nous-mêmes notre enfance et ses bons moments.

Mais attention, pour les fous de la récupération d’objets pour les associer entre eux et ainsi faire d’un mixeur et d’une petite cuillère un microscope x100 et bien vous serez déçus car ici à part l’orbe y a rien d’autre à stocker dans vos poches de cleptomane.

Il serait de bon thon…heu ton de préciser que ce jeu sera plus destiné à un public épris de jeux où il faut réfléchir mais pas trop quand même car les énigmes seront loin de vous bloquer dans l’avancée de l’ascension de l’île. On pourrait peut-être même reprocher ce petit manque de difficulté qui nous fait hélas finir le jeu bien trop vite (4 heures si vous prenez vraiment tout votre temps en allant faire une petite pause sur les toilettes), mais je pense aussi qu’il peut être un très bon point de départ pour les plus jeunes qui aimeraient s’exercer à ce genre à part de Puzzle-Game.

Ici pas chichi-blabla, car pas de long discours ni même de dialogues, non on fait simple (et ça fait du bien) avec un très gros côté contemplatif à regarder chaque petit détail du décor ainsi que les mimiques que nos amis, saupoudrez tout cela d’une bande son qui fait du bien à vos canaux auditifs et j’ai envie de vous dire, que demandez de plus ?

Petite phase de gameplay

Editeur/Développeur : The Voxel Agents

Genre : Puzzle-Game

Plateforme : PlayStation4/Nintendo Switch/Xbox One/PC

Note : 4.5 sur 5.

Cet article vous a été écrit par Gameuse Extraterrestre 👽

9 Comments »

  1. Je ne sais plus si tu l’as précisé, le jeu est jouable à un ou deux ? En tout cas, j’aime bien le concept du gameplay, qui n’est pas sans me rappeler Arise : a simple story, pour certains niveaux. L’histoire semble également touchante et nostalgique. Merci pour le conseil !

    Aimé par 1 personne

    • Il se joue seul mais grâce à l’avancer ou le reculement dans le temps tu « contrôles » les 2 personnages.
      L’histoire est simple mais touchante. Rapide à jouer et qui est agréable, je pense que tu aimeras 😊

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nana Coubo

~ Le petit monde de Nana Coubo ~

The Augmented Post

Parlons vrai. Parlons augmenté.

For What It's Worth

Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis

Take This Game

Et si la vie était un jeu ?

Hauntya's room

Blog de découvertes en littérature, jeu vidéo, séries...

%d blogueurs aiment cette page :